4. Mode de vie

poulain-mira-uracles-des-rieges-031.jpg


Aussi lointaines, aussi méconnues soient les origines du cheval Camargue, le milieu que constitue sa terre d’élection accuse des caractères particulièrement marqués : sol, climat, pâture, ont forgé au cours des siècles, une race en laquelle se sont naturellement résorbés les traits d’autres races, incidemment croisées au fil des aléas de l’Histoire.

Élevé en manade, le cheval côtoie fréquemment des bovins et vit en plein air toute l'année.

Le cheval de Camargue est toujours maintenu par ses éleveurs en élevage extensif de plein air traditionnel, souvent avec des bovins.

La plupart d'entre eux vivent ainsi en totale liberté toute l'année, et ne sont rassemblés qu'une fois par an pour l'inspection, le marquage, la castration, ou tout autre type de soin. Les chevaux font face à un climat difficile, caractérisé par l'humidité constante, la présence de hordes d'insectes, et une certaine rigueur en hiver, accentuée par des vents violents.

L'élevage en liberté est le seul autorisé pour la race camarguaise dans son berceau d'origine.

Une nourriture pauvre suffit à l'animal pour demeurer en excellente santé, et l'herbe de pâture lui permet de se nourrir toute l'année, contrairement à de nombreux chevaux de sang qui demandent du grain. Le camarguais résiste aux longues abstinences, aux intempéries, et aux grandes étapes de randonnée, il est aussi le seul cheval capable de brouter sous l'eau, en tirant des plantes aquatiques des eaux saumâtres.

Son instinct est « infaillible » et son pied, large et sûr, est adapté à son mode de vie dans les marais, en milieu subaquatique. Comme les bovins, il forme parfois des relations symbiotiques avec des oiseaux, tel que les aigrettes ou le héron garde-bœufs.

La permanence des conditions de vie d’élevage extensif en semi liberté s’affirme comme le garant essentiel de la pérennité de la race. Les chevaux s’y trouvent confrontés aux excès d’un climat, certes privilégié par son ensoleillement, mais souvent sévère : vents violents, humidité fréquente, froid mordant, touffeurs de l’été aggravées, par le harcèlement de myriades d’insectes voraces…

Ces conditions ont façonné une race d’une exceptionnelle rusticité, capable de s’y multiplier et de triompher des intempéries ; une race remarquablement endurante à l’effort, d’une singulière frugalité.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 19/08/2015

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×